“Trouver notre place dans le bruit” : entretien avec Yoon Ahn

En quelques années, le nom de Yoon Ahn est devenu celui d’une autorité dans l’industrie de la mode. L’esthétique unique de ses bijoux frappants inspirés d’objets du quotidien a décrété le succès de sa marque AMBUSH, qui s’est étendue au fil des ans à la production de vêtements et envisage maintenant d’étendre son offre aux sacs et aux chaussures. Ce même succès a conduit Yoon Ahn à devenir créatrice de bijoux pour Dior, à collaborer avec Nike et, plus récemment, à travailler avec UNIQLO UT sur la collection LOVE MINNIE MOUSE by AMBUSH. La capsule créée sous la direction créative de Yoon Ahn met en scène le personnage Disney de Minnie et représente le désir d’AMBUSH de s’adresser à un public plus large et plus jeune.

La capsule de la collection LOVE MINNIE MOUSE by AMBUSH est déjà disponible en ligne et dans tous les magasins UNIQLO. À l’occasion de ce dépôt, qui a été précédé d’un événement dédié à Tokyo où la capsule a été officiellement présentée, nous avons échangé quelques mots avec la créatrice qui nous a parlé de ses inspirations, de son travail et du rôle des designers sur la scène de la mode moderne.

Vous êtes née en Corée, vous avez vécu à Seattle et à Boston, entre autres, puis vous vous êtes finalement installée à Tokyo. Y a-t-il une trace des nombreux endroits où vous avez vécu dans vos créations ?
Oui, ils font tous partie de ce que je suis aujourd’hui. Pas littéralement, mais inconsciemment. Nous sommes un produit de notre environnement.

Quel est, selon vous, l’élément qui rend un bijou unique ? Qu’essayez-vous de communiquer à travers vos créations ?
Les bijoux doivent afficher votre propre caractère et votre personnalité. Quoi que je produise, c’est à celui qui le porte de coordonner la façon dont il veut s’exprimer.

Quelle est la pièce la plus complexe techniquement que vous ayez jamais conçue ? Et quelle est la pièce dont vous êtes le plus fier ?
Il y a une boîte à lunch en métal que j’ai fabriquée il y a quelques années. Nous avons fini par en faire une seule pièce en moulant le métal à la main avec de la chaleur. Ce travail a été intense.

Vous avez traduit en bijoux des cravates à fermeture éclair, des ours en peluche et des trombones. Vous avez également dit il y a quelques années à Kinfolk que vous visiez à “donner de la valeur aux choses que les gens négligent”. Mais pourquoi, à votre avis, ces choses méritent d’être élevées de cette façon en premier lieu ?
C’est un peu une mentalité de wabi-sabi. C’est trouver de la beauté dans l’imperfection et les choses ordinaires. De plus, les travaux de REBEL YOUTH de Karlheinz Weinberger pour les punks du Royaume-Uni au début des années 70 m’ont montré que ce n’est pas l’argent qui peut acheter le style. Le style, c’est ce que l’on fait avec ce que l’on a. Je vois la beauté dans les choses que nous négligeons.

Uniqlo a une histoire de collaborations avec des créatifs de très haut niveau, comme vous, M. Jun Takahashi et KAWS. Que représente Uniqlo LifeWear pour vous, en tant que créateur de premier plan, et que pensez-vous de la démocratisation de la mode ?
Le t-shirt est la toile parfaite pour atteindre un vaste public. Vous pensez souvent à la mode et au design, et les gens glorifient souvent le côté fantaisiste. Il n’en reste pas moins que le défi consiste à créer des pièces de base simples dont nous avons besoin et qui pourraient s’intégrer sans problème dans nos vies. Je trouve cet espace plus stimulant dans le monde réel. Je pense que la démocratisation de la mode est une bonne chose. Elle donne du pouvoir aux consommateurs, et pas seulement à quelques élites au sommet de l’industrie.

Pourquoi avez-vous choisi Minnie Mouse comme thème central de votre capsule ? Ce personnage a-t-il un lien avec vous ou avec votre enfance ?
J’avais le choix de choisir n’importe quel personnage féminin de Disney, mais j’ai su dès le départ que Minnie devait être le bon. C’est une icône, donc je voulais la capturer d’une manière qui n’avait jamais été faite auparavant.