Tir à l’œil ouvert

Pour tout le monde, en particulier pour ceux qui ont une formation académique de tireur autodidacte, il est naturel de ne regarder les organes cibles qu’avec l’œil dominant (gauche ou droit) et donc de fermer l’autre œil.

Cette technique, cependant, peut théoriquement bien fonctionner en tir ciblé, pas en TDS.

Tout d’abord, voyons pourquoi l’affirmation “théoriquement bien dans le tir ciblé”.

Physiologiquement, nos yeux sont liés, nous le savons tous.

Là où un œil regarde, l’autre regarde aussi et si, par exemple, on veut faire une grimace, c’est très difficile et demande un effort considérable pour diverger l’alignement des deux occlusaux.

Cette symétrie est également vraie en ce qui concerne la mise au point des objets : si un œil fait la mise au point sur un objet à une certaine distance, l’autre œil “ajuste” automatiquement sa mise au point sur la même distance.


Tout simplement parce que, par un mécanisme entièrement naturel, les muscles de l’oculaire du foyer se détendent et se déplacent automatiquement vers un foyer “infini”.

Cela se produit même si nous ne fermons qu’un œil, donc, en imaginant que nous devons engager une cible placée à n’importe quelle distance, en fermant l’œil qui conduira automatiquement à une mise au point infinie, l’autre œil devra faire un effort considérable pour regarder les vues (souvenez-vous, le viseur doit être en foyer, pas la cible) qui seront à la distance de la longueur du bras.

Dans la pratique, nous soumettons nos yeux au même effort que si nous voulions regarder deux objets à des distances différentes en même temps.

C’est aussi pour cette raison que, si nous regardons les agonistes du tir ciblé, nous nous rendons compte qu’ils tirent aussi avec les deux yeux ouverts et que l’œil qui n’est pas utilisé est simplement “couvert” par l’utilisation de lunettes spéciales avec une “lentille” complètement opaque et noire.

Pensez-y…. C’est la même raison pour laquelle, lorsque vous faites un examen chez l’ophtalmologiste, il vous demande de couvrir un œil à la fois au lieu de le fermer.