Conseils pour marcher sous la pluie

Equipement de pluie pour les excursions d’une journée
Dans ce cas, l’équipement de pluie peut être facilement résolu avec une veste imperméable et une couverture, plus un sous-vêtement et des vêtements de rechange à garder dans la voiture pour le retour. Gardez à l’esprit que lorsque la pluie arrive,

Retrouvez dans ce test les comparatifs des meilleurs stations météo connectée.

les températures peuvent chuter de plusieurs degrés et que les vêtements mouillés perdent une partie plus ou moins importante de leur pouvoir isolant, de sorte que les vêtements imperméables sont toujours appropriés pour combiner les vêtements techniques appropriés également en ce qui concerne les sous-vêtements et la couche intermédiaire.

Fondamentalement : si vous partez en voyage dans les Dolomites uniquement avec une coquille imperméable et un T-shirt en coton, lorsque la tempête classique de l’après-midi s’abat sur vous, vous restez frais… juste pour le dire en passant ! Mettez toujours quelque chose de respirant et déperlant dans vos sous-vêtements et vous trouverez toujours de la place pour la polaire dans votre sac à dos.

Pour les bottes faire un peu “comme vous le voulez, tant de choses, cependant, se termine avec un peu d’eau de la partie supérieure du collier y entre ! Pour le trekking quotidien, l’idéal est peut-être d’utiliser une chaussure légère, mais traitée avec une membrane imperméable : si la pluie est rare ou si seul le sol est humide, le pied restera sec, en cas d’averse, la tige légère favorisera l’écoulement de l’eau et le séchage une fois la douche terminée.

Comme nous n’en sommes qu’au début de notre voyage, nous sommes immédiatement confrontés à la question séculaire du “parapluie et du cap” qui a toujours divisé la communauté des randonneurs. Il y a ceux qui n’utiliseraient jamais cet équipement, même sous la menace de la torture, et ceux qui partiraient avec le parapluie et la cape même au sommet du White…

Equipement de pluie pour randonnées de plusieurs jours
Lorsque l’itinéraire dure plusieurs jours, l’équipement et la technique “imperméable” sont un peu compliqués.

Le problème, en effet, n’est plus seulement d’affronter le moment de la pluie, mais aussi d’en gérer les conséquences, c’est-à-dire essayer de se mouiller le moins possible et de trouver un moyen de sécher le plus rapidement possible.

Tout d’abord, il est nécessaire de renforcer les vêtements. Si l’excursion se déroule dans des environnements où la pluie est très fréquente (voir le trekking déjà mentionné dans les pays nordiques, ou, dans les terres australiennes extrêmes comme la Patagonie), il est essentiel que la partie inférieure du corps soit également protégée par un pantalon imperméable. Les guêtres sont également très utiles, car elles limitent la pénétration de la boue et de l’eau dans les bottes.

Dans l’environnement alpin, où la pluie (surtout en été) peut être considérée comme un accident malheureux, nous pouvons aussi nous passer de pantalons et guêtres imperméables, mais vous devez certainement mettre dans votre sac à dos une paire de pantalons de randonnée de remplacement, pour remplacer ceux portés sous la pluie.

Où il ne vaut pas la peine d’aller quand il pleut
Lorsque vous commencez l’excursion en sachant déjà que le risque de pluie sera élevé, il est bon de faire le choix de l’itinéraire en pensant aux inconvénients ou aux dangers que vous pourriez courir. Il vaut donc mieux s’éloigner des sentiers qui fournissent le gué des cours d’eau, où l’on risque d’être bloqué (ou pire !) par l’inondation du ruisseau.

Même les voies qui grimpent dans des zones très imperméables, remontant des ravines et passant sous les murs, sont à éviter, car avec la pluie vient le danger de glissements de terrain et de déversements de pierres. Les terrains de randonnée aussi difficiles que les rochers et les crêtes, lorsqu’ils sont rendus glissants par la pluie deviennent encore plus difficiles, alors…. retournez en arrière !

Comme le trop raide, même le trop plat peut être délicat un jour de pluie : les prairies et les clairières se transforment facilement en marécages où le pied s’enfonce entre l’herbe et la boue, il est donc préférable de chercher des chemins qui se développent dans les bois, où les arbres atténuent les précipitations et où le sol est mieux adapté pour absorber l’eau.